LES CONTES D’EUGENE Ionesco.

Eugène raconte : « chaque jour, remontée comme un jouet mécanique, la petite Josette saute de son lit pour réveiller ses parents.
Les parents ont toujours une bonne raison pour rester au lit quand les enfants meurent d’envie de commencer la journée.
Josette préfère quand maman reste à la maison, mais parfois les mamans sortent tout le temps.
La petite fille réclame des contes à son papa. Elle prend les mots au pied de la lettre.
Jacqueline pense qu’il ne faut pas raconter des sottises aux enfants !
Pourtant, même si tout le monde s’appelait Jacqueline, si le mur s’appelait la porte, si la tête c’était le derrière, les histoires ne ressembleraient pas toujours à des sottises ».

Et même si parfois il y a quelques nuages au-dessus des maisons, il y a aussi le ciel bleu au-dessus des arbres de l’avenue.

Les Contes de Ionesco, adaptés et mis en scène par Claude Confortès ont dans les années septante marqué avec succès le répertoire du théâtre de la Guimbarde. Martine Godart y jouait le rôle de la petite Josette.
Vingt-cinq ans plus tard et malgré les qualités incontestables de cette version scénique, nous avons décidé de porter un regard neuf sur le texte.
Nous nous sommes engagés vis-à-vis de la famille Ionesco à utiliser exclusivement et exhaustivement le langage de l’auteur.
La métamorphose des quatre contes en « pièces à jouer » ne s’opère
finalement qu’à travers l’attribution des segments de textes aux cinq protagonistes, imaginés à partir des personnages évoqués dans les contes.
Pour suivre la même logique dans la perspective du « montage » des textes, nous avons aussi choisi de rester fidèles à la chronologie de parution des titres. Seules les paroles des chansons ont fait l’objet d’une écriture originale.